Les fidèles du Boukornine

mardi 26 août 2008

La mort aux trousses


Vous pouvez parler cinq langues, vous prendre pour la montagne du Boukornine ou posséder une Hummer… Mais le jour où la mort vient frapper à votre porte, toutes les notions que vous avez apprises et tous les biens que vous aurez acquis ne vous sembleront plus que des futilités…

Le fameux tunnel au fond duquel jaillit une lumière éblouissante… C’est ce que la plupart des rescapés rapportent.

Mais toi, tu ne vois rien… C’est un grand gouffre dans lequel tu t’enlises…

Tes amis, ta famille et tous ces gens que tu as toujours chéris font semblant de te pleurer en t’enterrant six pieds sous terre. Tu leur demandes, effrayé, « À qui me laissez-vous ? » Personne ne te répond. Seule ta voix qui résonne à travers cette terre fraîche vient briser ce silence si pesant.

Pourquoi mourrons-nous ?

D’un point de vue politique, mourir est un heureux évènement parce qu’une personne morte est une personne utile au développement d’une nation beaucoup plus qu’une personne vivante parfois. Notamment quand ladite personne est inactive et qu’elle n’est là que pour alourdir le bilan du chômage.

Nous mourrons parce que nos corps sont programmés pour vieillir et que la mort n’est que l’aboutissement inévitable de cette vieillesse. Le corps s’use avec le temps. Les cellules s’oxydent et chaque bouffée d’oxygène n’est autre qu’une injection de ce poison vital qu’est le dioxygène. (D’ailleurs c’est peut-être pour cela qu’on n’a pas encore enregistré de cas de suicide à l’oxygène.)

Mais si on pense à observer le côté social de l’évènement, la mort devient un fait absurde. Comment peut-on accepter qu’un être qu’on a côtoyé des dizaines d’années décède et que du jour au lendemain on soit contraint à l’ensevelir de terre et de pierres ?

Il est impossible pour un esprit dépourvu de toute croyance d’accepter le décès tel quel. La religion est venue en appui pour donner une certaine logique à cet extraordinaire phénomène. Elle dit que cette fin n’est en fait qu’un passage vers l’au-delà, un monde meilleur où règne la justice et où l’on serait soit récompensé de ses bonnes actions, soit châtié pour tous nos méfaits.

Certains choisissent de fuir… et trouvent la réponse à leurs questions au fin fond d’une bouteille de vin rouge en attendant des jours meilleurs… ou en s’attendant à ce que le pire survienne à tout moment.

On a beau choisir une des voies, la mort demeure la pire des expériences, l’ultime crainte, la plus grande douleur… On la fuit tous, en sachant que pour chacun le tour viendra un de ces jours.

Mon stylo tremble à la simple évocation du mot FIN.

8 commentaires:

Alfred Hitchcok a dit…

La faucheuse est une menace permanente ,sauf que la probabilité de l'evenemnt augmente en fonction de l'age ,c'est une question de temps .

MAD DJERBA a dit…

"La naissance est le premier pas vers la mort", c'est donc l'objectif de la vie et nombreux sont ceux qui l'invitent à frapper avant l'heure !

Bugsbunny a dit…

je te l'avais bien dit la Bimbo allait mourir! :-)

Momento mori!

je constate que tu fuis l'absurde pour trouver refuge dans la foi. la vie après la mort? mais existe-t-elle vraiment?

par ailleurs on a la preuve que la science et la technologie ont su faire reculer la mort. peut être qu'on arrivera a abolir la mort pour devenir des immortels?

on a bien le droit de douter non?

"la foi sans le doute n'est autre que la mort"

Anonyme a dit…

à bugsbunny;
personne n'a su reculer la mort, on a seulement augmenté l'espérence de vie en moyenne !!!
Personne ne devait vivre 60 ans et grâce à ta technologie et à ta science a vécu 61!!!!
Avec ce qu'on voit tous les jours, à Gaza, en Palestine, ai Liban, en Iraq... c'est la vie qu'il faut hair non la mort!! Au moins là bas on sera aux mains du Clement, du Misericordieu .....

ولد بيرسا a dit…

les religions ont apporté une solution de facilité, empêchant les hommes de réfléchir à cette absurdité qu'est la mort.
la religion comble son adepte de promesses, plus belles les unes que les autres. et pour les justifier, elle ne manque pas de les cerner de menaces, d'ultimatums, de terreurs, pour éviter que les gens s'écartent du chemin qu'elle leur a tracé.
c'est pour cela que la religion reste l'unique réconfort au moment de la mort: pcq l'esprit humain refuse toujours cette idée de la fin, refuse de croire que l'être humain est éphémère, il faut toujours qu'il lui attribue une autre vie après la sienne.
la mort est le seul point qui attelle l'homme à la religion. et sans l'idée de la mort (autour de laquelle sont construites la plupart des religions), aucune religion n'aurait de sens et toutes se seraient évanouies depuis longtemps...

Bugsbunny a dit…

@l'anonyme: prend pas cet air belliqueux je t'en prie (ta tech ta sci), je pourrais me fâcher.

Pourrais tu nous expliquer quelle la différence entre "on a seulement augmenté l'espérance de vie en moyenne" et "une personne qui devait vivre 60 ans et qui en a vécu 61"? tu ne trouves pas que tu te contredis? ce n'est pas d'une seule année que l'espérance de vie à augmenté mais de quelques dizaines d'années. en un seul siècle la démographie a quintuplé et ce n'est pas encore fini.

laissons de coté al mokaddar et discutons dans l'absolu. nous ne somme pas pour autant des apostats.

Khalil a dit…

---> Hitchcock
Marhbé!
Notre temps à tous est compté... Cela ne fait aucun doute.

---> Mad Djerba
L'objectif de la vie c'est donc la mort ? je pensais que c'était seulement l'aboutissement :)
Curieusement, j'ai d'autres objectifs beaucoup moins lugubres :p

---> Bugs
Salut cher ami,
Eh oui elle est bien morte à l'heure où je vous parle :p

Le doute est le seul chemin qui mène à la certitude. On a donc légitimement le droit de mettre en doute ces acquis et ne pas faire de la religion un dogme... Par la suite chacun choisit sa voie, et il en sera "peut-être" (pour te faire plaisir :p) tenu responsable un de ces jours...

Sinon, l'espérance de vie a nettement augmenté au cours de ces cinquante dernières années.. On peut espérer aller beaucoup plus loin mais surpasser la mort? je pense que ça tient plus de la science-fiction...

---> Anonyme

Si si, l'homme grâce à sa science a su faire reculer la survenue de la mort... C'est indéniable...
Sinon je respecte ton choix de haïr la vie, le motif par contre, est moins convaincant, parce que si ces gens se donnent autant de mal c'est justement pour survivre... Ils font tous ses sacrifices pour avoir droit à une vie paisible ni plus ni moins...
Alors hamdoullah qu'ici on n'a pas les mêmes problèmes et je ne m'en cache pas, j'aime la vie!

---> Byrsa

Oui khouya ce sont ces promesses qui donnent à mon avis à la vie tout son sens...
Je dirais même plus, s'il n'y avait pas de conviction d'un ultime passage à la caisse pour régler ses comptes ce serait l'anarchie qui primerait dans le monde entier (bien plus que maintenant)
La mort est un argument de poids pour attirer les croyants... Ce choix est très judicieux parce que depuis l'aube de l'existence la mort et l'angoisse qu'elle génère n'ont pas du tout changé...

salma a dit…

un jour j'ai entendu un sage dire: "Si un enfant savait avant de naître qu'il trouverait un monde où s'élèvent les montagnes, où s'étendent les océans, s'il savait qu'il pouvait écouter le chant des oiseaux et respirer la brise de l'aurore, s'il se doutait qu'il pouvait admirer le spectacle d'un levant ou d'un crépuscule.. aurait-il attendu autant avant sa naissance? Pareille est notre position devant la mort; ce que les hommes redoutent c'est l'inconnu, l'au delà, le sort qui leur est réservé après le sommeil éternel.. si l'homme était assez pieux pour espérer un monde meilleur à trépas.. aurait-il eu autant d'appréhensions face à sa destinée?...