Les fidèles du Boukornine

mercredi 6 août 2008

Mauritanie, la fin d’un rêve



Un évènement est venu replacer les choses dans leur contexte et nous rappeler que quoique le rêve puisse paraître réel et durable, il finit toujours par s’estomper plus ou moins brusquement laissant place à un réveil douloureux et amer.

Le 3 août 2005, l’armée prend le pouvoir par un putsch organisé pour « mettre en place de véritables institutions démocratiques » alors que le président déchu Taya revenait de l’Arabie Saoudite où il assistait aux obsèques du roi Fahd.

C’était une première dans ce pays, où il est de coutume d’observer plusieurs renversements de régime par an. (drôle d’alternative je ne vous le fais pas dire)

Un ami mauritanien m’avait raconté il y a quelques années comment une fois, un putsch avait eu lieu et que le peuple était sorti pour clamer le nom du nouveau président. Mais comble du malheur, une heure plus tard, le « renverseur » fut renversé à son tour. Et la foule (toujours ?) en liesse continua à chanter en apportant, il faut dire, quelques légères modifications sur les slogans et notamment sur le nom du président :).

Mais durant les années qui suivirent ce denier coup d’état la Mauritanie était d’une sérénité très enviable. Ils avaient découvert de l’or et plusieurs nouveaux gisements de pétrole sur leur sol. Puis ils avaient eu gain de cause dans l’affaire de la compagnie pétrolière australienne qui avait signé dans une ère antérieure un contrat secret où tous les gains avaient été dans la poche du ministre du pétrole de l’époque et qui stipulait qu’ils avaient l’exclusivité sur l’exploitation de plusieurs gisements « offshore » sur plusieurs années.

Bref, tout leur souriait.

Les pays avoisinants reconsidéraient leurs attitudes vis-à-vis du pays du million de poètes (un nombre relativement élevé quand on sait que la Mauritanie compte un peu plus de trois millions d’habitants) vu que les données géopolitiques étaient passées à l’antipode en deux ans et voilà que des centaines d’années d’oubli ont poussé ce pays sur le devant de la scène.

Amoureux des romans, et connaissant parfaitement beaucoup de mauritaniens je me disais que c’était sûrement parce que ces gens ont le cœur le plus pur et l’hygiène de vie la plus saine de tout le monde arabe que la chance a fini par leur sourire.

Le roman devait se terminer par un traditionnel « ils eurent beaucoup d’enfants et vécurent heureux le restant de leurs jours » mais voilà qu’une tempête de sable est venue déchirer les dernières pages replongeant le roman dans une ambiguïté impassible.

Un nouveau coup d’état a eu lieu aujourd’hui en Mauritanie.

On a beau y croire mais la vie n’a rien de romanesque…

4 commentaires:

A2 a dit…

slt
-c 1 honneur d'etre le 1er à écrire 1 kommen taire
-"Un ami mauritanien";"connaissant parfaitement beaucoup de mauritaniens"==>c vré y en a bcp ds notre fameuse FMT
à++

Khalil a dit…

En fait je ne parlais pas de Tunisie...
Mon amitié avec des mauritaniens elle date d'une époque où j'étais pas ici...

pink_panther a dit…

je crois que le rêve a beaucoup duré;)
mais bon, une rêve qui ne se réalise pas est un rêve qui n'a pas été assez rêvé...

Khalil a dit…

très bien dit pink !