Les fidèles du Boukornine

dimanche 5 juillet 2009

La génération de l’ennui



On est tellement nombreux à craindre beaucoup moins la mort que l’ennui, à se ronger les ongles et à se dire qu’on serait surement mieux ailleurs à faire autre chose.
Mais on reste tout de même sur place à glander toute la journée, à attendre que l’horloge tourne, que les jours défilent inexorablement vides.

On essaie de meubler notre temps par n’importe quoi pourvu qu’on se sente vivre à travers une tasse de thé aux pignons ou même un capucin au gout amer du cramé que l’on dissimule vainement par ces innombrables morceaux de sucre.

Et puis on parle… de tout, mais surtout de rien… On fait semblant de raisonner, de débattre de sujets importants et de critiquer telle personne ou tel sujet avec une curieuse préférence aux propos diffamatoires enflammés qu’il est préférable de ne pas répéter sur cet espace de liberté sous peine d’offrir à Ammar un motif de censure inespéré.

On essaie d’être racistes, répugnants, haïssables, de perpétrer des blagues de mauvais gout, étant incapable de retenir cette envie d’exister, de laisser une emprunte dans cette vie insignifiante quitte à y laisser d’abjectes matières fécales.

On ne l’avoue jamais, mais ont vit une perpétuelle crise existentielle, accablés par la conviction d’être de jeunes gens bourrés de talent, d’être pratiquement les seuls à le savoir et de n’avoir jamais la présence d’esprit d’exploiter ses capacités à bon escient.

Pour garnir cet énorme espace dépeuplé que sont nos vies éparpillées, on s’attache à un regard, à une voix, à un corps, à une bouteille d’alcool ou même à un club de football. On en fait un problème existentiel, une affaire de vie ou de mort.

Néanmoins, on garde toujours l’espoir d’un lendemain meilleur sinon on se serait bien laisser tenter par la pendaison (ou à une autre distraction tout aussi sympathique) depuis fort longtemps.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

c texte est grandiose. tu as su dévoiler ce qui nous habite

Sarah a dit…

je dirai plutôt une génération perdue, une génération qui a du mal à trouver une raison de vivre, mais arrive à se créer une raison pour survivre

Nawras a dit…

J'apprécies ta plume..

Anonyme a dit…

très, très beau texte !

tb509 a dit…

C'est ce que Mylène Farmer appelle la "Génération désenchantée".

moumou a dit…

Vous avez oublié l'essentiel malheureusement, on est lâche, on n'accepte pas les opinions différentes et on a ce qu'on mérite.

coeos a dit…

Taedium vitae! quand tu nous tiens!

Avec ton aimable permission , je laisse en commentaire un texte que j'avais écrit il y a longtemps et
qui fait écho à ce post, mais qui maintenant n'a plus rien à faire chez moi, ni chez personne d'ailleurs car même au bout de l'ennui le plus total, il subsite toujours la vie.

le texte qui suit est donc à lire avec toutes les précautions qu'il faut et à oublier au plus vite!

TAEDIUM VITAE

on est là
on passe le temps
que dire?
il n'y a rien à dire
ou rien d'important

on respire,
on papote, on travaille
un mauvais air circule
un air fade d'ennui, de lassitude
l'inutilité des gestes
l'insipidité des paroles
tout est vain
on en revient toujours
à la même question
à quoi bon?
puis s'impose l'autre
mai quoi d'autre?

j'ai dans la bouche un gout d'amertume
celui du café sans sucre
ou de la cigarette peut etre
ou celui de ma vie qui passe

l'ironie ne me sert rien
sauf à me rappeler
ce gout d'amertume
dans ma bouche
et l'ennui
qui me prend par l'épaule
à chaque tournant
sournois et ricanant